Vous êtes ici

Réflexion 3ème Dimanche de Pâques

De Jean-Luc Weber

"Sur la route d'Emmaüs"

          Si l'on dit souvent que l'Evangile des béatitudes est le code de la route de tout chrétien, celui de la rencontre du Seigneur avec les disciples d'Emmaüs est notre ligne de conduite.
Encore une fois, me direz-vous, encore un inconnu qui marche avec Cléophas sur la route vers Emmaüs . Je pense que vous l'avez reconnu, si vous me lisez depuis quelques semaines, c'est toujours n . . s.
        Ne nous arrive-t-il pas que nous tournions le dos à nos espérances parfois restant enfermés dans nos problèmes, dans nos soucis  et nous "confinant" pour ne laisser aucune place à une lueur d'espoir.
Comme le château de cartes que nous avons construit peut s'écrouler rapidement, si nous sommes déçus d'un amour, d'une amitié, parfois de ses enfants ..... Devant ces situations, nous sommes embués et l'on ne voit plus rien .
Dans cet évangile, il en est de même avec les disciples d'Emmaüs, tellement leur peine est grande, ils ne reconnaissent pas le Seigneur. Ils ont tout oublié même ce qui était dit dans les écritures.

         Alors .... comment faire pour vivre  et suivre les pas du Seigneur, nous qui ne l'avons pas vu . Comment  marcher sur notre propre route d'Emmaüs ?
Encore une fois, le Seigneur ne nous laisse pas dans l'ignorance et nous donne trois indications :

  • Par les écritures : une parole qui nous éclaire et nous indique  le chemin à suivre . Ne soyons pas des "esprits sans intelligence"
  • Par cette halte : dans l'auberge d'Emmaüs", où le Seigneur nous invite à sa table, chaque dimanche, à consolider et rendre plus vivifiante notre foi. A mettre toutes nos  difficultés, toutes nos peines, toutes  nos espérances sur cette table  comme offrande, elles prendront alors sens et valeur en celui qui est le corps livré, le sang versé, la vie donnée par amour ; dans la Sainte Eucharistie.
  • Par cette route d'Emmaüs : où il n'y a pas  qu'un aller simple mais un aller et retour, un retour vers nos frères pour vivre en communauté fraternelle.

Sachons que leSeigneur marche toujours  à côté de nous, il laisse toujours une trace sur la sable, tantôt il nous accompagne tantôt il nous porte.

Fraternellement Jean-Luc

Nos Paroisses